20 juin 2018

Chez Alice


Alice se servait chez Fischer
(étonnant que les ligues de vertu n'aient pas pensé à faire retirer cette pub)

    Chez Marie à Dax, quartier du Gond, a fermé il y a quelques années et c'est tout à fait dommageable. Je n'ai pas trop connu Marie mais plutôt sa lointaine prédécessrice, Alice. Son bistrot, à l'époque, il s'appelait, il s'appelait... Chez Alice. Après un mince boyau contenant quelques tables, rarement occupées, il n'y avait pas de passage, ou alors parfois de quartier à quartier, s'ouvrait l'arrière salle pour les habitués. Il y avait là une large table ovale,  pouvant contenir, oh oui, au moins vingt-cinq personnes (j'étais petit, je voyais tout en grand) où l'on prenait prenait place avec  les amis de mon père: Jeannot B. qui vendait des cravates dans un parapluie au marché de Dax, Six-Litres le peintre (j'ai longtemps cru qu'il s'appelait Silitre, un nom comme un autre, je l'ai compris beaucoup plus tard, il s'agissait en fait de sa consommation de vin quotidienne) , les frères Toucome (ils se torchaient souvent vilain mais ils me faisaient rire), Neunœuil (parce qu'il n'avait plus qu'un œil), le petit Broum (j'aimais bien ce nom), Auguste, le vieux coiffeur à la jambe de bois (un souvenir de quatorze) qui me taillait par ailleurs une frange à la Adolf qui m'est restée longtemps sur l'estomac, Anatole, à la mâchoire de trabiole, qui faisait parfois un saut depuis La Torte pour une belote, le Portugais (je n'ai jamais connu son véritable nom) qui travaillait avec mon père chez Andoche, le marchand de bois, et qui était tout noir de charbon, le béret, noir lui aussi, bien enfoncé jusqu'au dessus des sourcils... C'est là que j'ai bu ma première gorgée de bière, comme dit l'autre et c'est vrai que dans la bière, c'est le seul intérêt (et encore, quand il fait chaud).

 
Ce n'est pas un Landais mais à l'internationale de la binouze,
 il n'y a que des frères (et des sœurs)

 Alice qui perpétuait la noble tradition de l’Assommoir, avait aussi inventé sans le savoir, le café brun, comme en Hollande, patiné aux fumées de poêle et de  tabac et aux haleines chargées. Je n'ai de souvenir que de marron, plus clair pour la table, plus foncé pour le plafond et les murs, et pour le sol, sous la sciure qui étanchait les débordements, on devinait... du marron. Et les fenêtres devaient être aussi marron,  ou bien tout simplement il n'y en avait pas, car elles ne m'ont laissé aucune trace.
    Tous se retrouvaient là autour de force chopines pour des conversations dont je n'ai plus la moindre idée, mais j'ai encore dans le nez l'odeur du Gris et des Gauloises, et je vois toujours le mirus lancer  ses éclairs de lumière derrière sa petite fenêtre à feuille de mica. 
    Alice m'aimait bien et je le lui rendais. C'était son mari, (étaient-ils mariés?) qui m'impressionnait. A plusieurs reprises, je l'ai vu entre chien et loup se battre dans la rue contre des adversaires que je ne distinguais pas, certainement des animaux : des rats, des serpents, des éléphants..., à ce qu'on m'a dit.

[Prochains numéros : Chez Jeannotte (Dieu ait son âme) à Peyrouton, Aux Platanes, (en ville disait-on) pour une omelette arrosée de bon matin, Chez Labadie, à la Torte, déjà plus classe, il avait la télé, le Bon Coin à Saint-Vincent (un bon coin vraiment), le Spoutnik, à Saint-Pierre, huit mètres carrés pour une réputation sulfureuse (pas possible, il devait y avoir un étage), chez Diago, Saint-Pierre idem, pour un tiercé dans l'ordre, et puis plus tardif, le Panier à salade, toujours Saint-Pierre, tenu par un  comptable véreux qui n'avait pas peur d'annoncer la couleur...]

Moine caviste goûtant le vin de la barrique tout en remplissant une jarre
A monk-cellarer tasting wine from a barrel while filling a jug.
 From Li Livres dou Santé by Aldobrandino of Siena (France, late 13th century).

    Après cette gorgée de bière qui fut décevante, passant pour les vacances de la ville à la campagne,  chez l'oncle, j'eus alors la révélation de cette incomparable boisson immémoriale qu'est le vin, auprès de quoi, la bière, comme le dit bien l'expression, n'est que de la petite bière (Munich ne fait pas le poids contre Dionysos).
    Chargé d'aller remplir la bouteille au chai, je m’exécutais avec plaisir et une fois celle-ci pleine, chassant les moucherons, je m'envoyais au goulot une bonne lampée et recomplétais le flacon, ni vu ni connu, à la barrique.

Ce sont de ces petits riens qui forgent un destin.

13 juin 2018

Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

L'essaim se gonfle et s'abandonne
A la caresse du printemps
Et, dans la ruche, tourbillonnent,
Prêtes à prendre leur élan,

Alimenti-miele-Taccuino Sanitatis-Biblioteca Casanatense-Roma

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

Se posant par cent et par mille
Sur les fleurs qui s'ouvrent à peine,
Elles butinent leur pistil
Pour en extraire le pollen,

Bees and Beehives, from The Hours of Catherine of Cleves,
c.1440. Utrecht, Netherlands. Pierpont Morgan Library M.945, fol.20, detail.

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

Ces gentilles petites bestioles
Fabriquent d'abord de la cire.
Elles y font des alvéoles,
Doux petits nids pour bien dormir,

Abeilles - ruches - De proprietatibus rerum - Amiens-ms399-f140v

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

Mais gare à celui qui s'égare
Au milieu d'elles, par hasard.
Il aura beau s'enfuir dare-dare,
Il sera piqué par le dard.

Abeilles-ruche-Musée Meermanno-La Haye-Pays-bas- Bestiaire 10B25--f37r

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

Quand vient le grand jour de la ponte,
La reine doit faire de son corps don
Et dans l'azur elle monte, monte,
Poursuivie par tous les bourdons.

Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 3401, f. 018

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz, ça va être sa fête !

C'est celui qui la rattrapera
Qui sera le bourdon papa,
Mais, tout de suite après, il mourra
Pour avoir donné tout ce qu'il a.

Bees. Aberdeen Bestiary, England ca. 1200
Aberdeen University Library, MS 24, fol. 63r

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz, vaches d'abeilles !

Si tous les hommes ici-bas
Devaient mourir à ce moment-là,
J'en connais plus d'un, croyez-moi,
Qui y regardrait à deux fois.

François de Rohan, Fleur de vertu - 1530
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 1877, fol. 21v.

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz, à d'autres !

Heureusement que c'est pas demain la veille
Que les femmes deviendront abeilles.
Dans ce cas, je dors sur mes deux oreilles
Et je dis miel aux petites abeilles.

Abeille chez  Raymond Isidore dit Picassiette à Chartres

Pensez bien, moi quand j'suis avec ma fiancée,
J'me fiche pas mal des abeilles...
Les abeilles... J'me demande un peu...
Enfin, allez, à la ruche... A la ruche...

L'essaim créé pour l'opérette "Ouah-Ouah!" par Bourvil en video ici  
Paroles: Max François - Musique: Etienne Lorin & Gaby Wagenheim

Bees - Bestiary - Liber de natura bestiarum, England after 1236
 British Library, Harley 3244, fol. 57v

Rejet, fin mai, des amendements visant à interdire l'usage du glyphosate d'ici trois ans.  85 députés sur 577 étaient présents dans l’hémicycle. Seuls 20 députés dont 2 de gauche ont voté pour l'interdiction contre 63 gentils lobbyistes.

Dédé l'Abeillaud 
L'occasion de s'interroger avec Rutebeuf :

Que sont mes amis (de gauche) devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés 

 La gauche en majesté : 
(ils étaient restés roupiller à la ruche)

Groupe Nouvelle Gauche (30 membres) Pour: 1
(nouvelle ? et c'est qui ? eh bé les socialos qui ne disent plus leur nom)
Groupe La France insoumise (17 membres) Pour: 1
(Insoumise, quel con de nom, quand on pense que l'insoumis majeur, l'hologrammé, n'a jamais rien glandé de sa vie à part politiquer et qu'il couche tous les soirs sur un matelas de billets. Qu'il rende tout, il fera l'insoumis après. Et son coadjuteur, le révolutionnaire qui va à l'assemblée en maillot de foot ou avec la chemise sortie du pantalon;  avec des actions pareilles, sûr qu'on va pisser loin.)
Groupe de la Gauche démocrate et républicaine (16 membres) Contre: 1
(un crypto-coco, si si il en reste; celui-là, je le traiterais bien au round-up.)



Herbicide, quand tu nous tiens
Ouah-Ouah!

Allons lire ou relire, pour nous consoler :
La vie des abeilles de Maurice Maeterlinck et
Vie et mœurs des abeilles de Karl von Frisch

30 mai 2018

Étonnants randonneurs

Sur le site Étonnants randonneurs 

Nous avions l'intention de faire le tour du Cotentin à pied, du moins en partie, mais au dernier moment, déjà rafraîchis par un printemps pourri ici-bas et après avoir malencontreusement consulté les températures moyennes de la Normandie au mois de mai, (pas si mauvaises que ça en fait, douces et humides) changement de cap et départ pour la Catalogne française puis espagnole. Nous n'avons pas dépassé Banyuls; au deuxième jour, dînette obligatoire dans la voiture et nuit idem. Vieille tente ayant pris l'eau de partout puis arrachée par le vent. Retraite effectuée au sud d'Avignon et nouveau départ pour la Drôme provençale au nord du Ventoux, avec une tente neuve. Première balade sur le plateau d'Albion et deux heures sous un orage diluvien, sans possibilité de s'abriter. Trempés de la tête aux pieds. Les godasses gore-tex faisaient flic-floc. La nouvelle tente était une 2 seconds easy, nous avons été obligés de l'embarquer en l'état, ayant mis deux jours pour en comprendre le pliage. Rapatriement à nouveau sur Avignon. Traversée d'est en ouest sous un temps électrique pour retrouver enfin les Landes et ses alertes orange à l'orage.

Et pendant ce temps, il faisait très beau en Normandie !


Petit retour en arrière sur le festival Étonnants randonneurs, sympathique, convivial, à taille humaine,  avec tout ce qu'il y a d'écrit sur l'affiche : films, spectacles, concerts, livres, plus restauration, buvette, (important ça) petite marche commune..., qui se tient chaque année à Arudy, en Béarn, (le nom est un clin d’œil au festival Étonnants voyageurs à Saint-Malo)
.
La randonnée : le pied.

[On est encore bien loin de Sylvain Tesson et ses petits voyages]

05 mai 2018

Printemps humide


Mésange au bain


Duo de grenouilles (à la coule)


Couple de mandarins au sortir du bain
 (monsieur a revêtu son plumage nuptial, madame est subjuguée)

Photos (trop belles) de Bénauït Gaü
[un temps de canard]

27 avril 2018

D'égouts et des couleurs

Japanese manhole cover - Plaque d'égout japonaise
Ville de Tsuruga - Préfecture de Fukui

Ville d’Isahaya (Nagasaki)

Ville de Fuji (Shizuoka) d'après Hokusai

Ville de Kusatsu (Shiga) d'après Hiroshige

Ville d’Ikaruga (Nara)

Ville de Takamatsu (Kagawa)

Ville de Miyoshi (Hiroshima)

La conception de plaques d'égouts artistiques au Japon : un sport national.
Des plaques d'égouts partout sur : golem13.fr, (mon regard d'accès)
                                                     : nippon.com/fr
                                                     : chez yuji_uz_hagoromo 
                                                     : sur sky.geocities.jp

Yamaguchi (préfecture)

Tous les goûts sont dans la nature, les poètes peuvent avoir également une plaque : ici un hommage de sa ville natale à Chūya Nakahara, appelé parfois le Rimbaud japonais, reconnaissable à son chapeau légendaire.

18 avril 2018

Le monde de Oui Oui go


Un brainstorming collaboratif entre les équipes marketing et les clients SNCF a accouché sous péridurale de ce magnifique logo dont voici dévoilées les entrailles :
"«O» évoque une bulle de confort et de sérénité; «Oui» notre intention de dire oui; «nou», évocation du «nous», un écho du «rapprochons-nous» du groupe SNCF ; «ino», notre volonté forte d'innovation et de digitalisation ; «in», «être dedans», être en phase avec son temps; «Inoui», c'est la force de cette nouvelle promesse client, une promesse aspirationnelle dans laquelle chacun se retrouve".


Ça fume
Con-Con
" Con évoque on qui est un con comme on le sait; con redoublant le con initial atténue la violence du mot par sa charge hypococoristique, comme dans cul-cul (la praline), cela pour ne pas ostraciser les neu-neus brainstorminés dans ce monde de oui oui go ."



Tchi tchi fou -  tchi tchi fou 

10 avril 2018

Alice à Zanzibar


Oh le beau titre !


Collection Freaks, 12 €.

Cet énergumène de Sacha
Qui a l’esprit dada
Prétend ne pouvoir jouir
Que besogné par un fakir
Et dans un lit Ikea en lisant Tristan Tzara.



Oh le beau chapeau !

Cette habitante de Sète
Pratiquante du 5 à 7
Y invitait souvent un cheik
Deux ou trois évêques
Et de deux à six ascètes.

Edmund Dulac - Lyrics pathetic and humorous from A to Z

Traduction sans rimes : Si quelque chose doit être dit en un verset au sujet des lettres X, Y et Z, confions-en la mission à ce vieux mathématicien qui les a toutes en tête.

13 mars 2018

Touche pas à mon porc

Le cochon est une personne

Métamorphoses du Jour -  JJ Grandville 
...
  ━ Nénette, t'as le cochon dans le maïs...
    Et il s'en retournait vite en bord de touche où des hurlements lui annonçaient qu'il s'était passé quelque chose d'important.
    Ma mère chaussait ses sabots et s'en allait dans le maïs.
    Elle appelait doucement.
 ━ Pilou, Pilou, Pilou...
    Au bout d'un moment il arrivait le drolle, le porc. Content. On aurait dit qu'il souriait. Il se dandinait de ses deux cents kilos comme une grosse truie qu'il n'était pas. Il grognait de plaisir. Déjà il commençait à se rouler par terre, à se  mettre sur le dos. Il attendait la caresse pareil à un petit chien. Ma mère lui parlait comme à un enfant.
 ━ Petit, petit, petit, joli, joli, joli...
    Et le porc de se tordre et rigoler. Demandant qu'on lui gratte le ventre, qu'on lui peigne la soie, qu'on lui flatte la couenne, qu'on discute avec lui. Un énorme bonbon de tendresse, rose dans le vert du maïs.
    Ma mère l'amadouait bien vite. Il la suivait tranquillement jusqu'au parc à cochons, au "courtey" au fond du jardin. Il y rentrait sagement comme on rentre à la maison. La perspective de la gamelle sans doute...
    Souvent, quand elle l'enfermait, ma mère entendait une immense clameur venue du stade.
 ━ Ah, disait-elle doucement au cochon, ils ont du gagner...
...
Extrait de Pilou dans XV histoires de rugby de Patrick Espagnet 
Editions Culture Suds

Cochon d'Espagne - Vallée du Baztan (il a l'air dubitatif)

    Etel et moi, nous l'avons connu, Pilou, (ou bien son frère) tranquille dans son havre au fond du  beau jardin,  tout comme Nénette qui nous disait qu'elle s’échappait en pleurant quand venait l'heure de l'envoyer ad patres, le Pilou.

[Le porcochon nous plonge également dans des abîmes de réflexions sémantiques. Pourquoi dit-on : ━ Madame la charcutière, donnez-moi s'il vous plait, trois côtelettes de porc et deux pieds de cochon. Et aussi :  ━ Celui-là, une vrai tête de cochon ! ━ Ah lui, c'est un gros porc !]

Albertus Magnus - De animalibus

Le cochon, qui n'était pas en odeur de sainteté au Moyen-Âge, est absent mais son cousin sauvage, le sanglier, le représente.

07 mars 2018

La peau de chagrin

   La peau de chagrin magique représente la force vitale de son propriétaire, et se racornit à chaque satisfaction de son désir d'autant plus s'il vise à l'accroissement de puissance. Faisant fi de la mise en garde de l'antiquaire qui lui offre cette peau, le héros s'entoure de richesses pour se retrouver misérable et décrépit à la fin du roman.W
Balzac -  La peau de chagrin


   Je le reconnais, je n'ai jeté qu'un rapide regard à cet organigramme et n'y ai pris que ce que j'ai bien voulu voir, tant j'ai été séduit par cette belle personne, comme on dit maintenant : coupe de cheveux au petit poil, front haut, regard vif et franc, rasé de frais, cravaté, costumé, chemise blanche impeccable, en sus polytechnicien, un gage de première, 54 ans, la force de l'âge, et puis, cinquième fortune française tout de même...et telle une midinette devant un rouleur de mécaniques, j'ai succombé et ai converti en belles et bonnes actions Altice (dont je pensais alors qu'elles allaient monter au plus haut des cieux), notre Livret de développement durable (ex-Codevi), gonflé à son maximum, 12000 euros hors intérêts, fruit de l'épargne de deux vies de labeur.

Action Altice : la chute de 22€ à 7€

Adieu veaux, vaches, cochons, couvée !

   Moi qui me voyais avec les plus-values inonder ma chère moitié de Coco Chanel N°5, lui offrir des promenades romantiques sur le sable chaud de la plage privée et sécurisée d'un hôtel cinq étoiles dans une île paradisiaque, la sortir le dimanche après-midi dans le dernier SUV (sport utility vehicle), me voila réduit  à guetter les signes avant-coureurs d'un probable ulcère gastro-duodenal, d'autant que je ne lui ai rien dit à ma moitié et que je me mine de ne pas lui avoir avoué que j'ai mangé en quelques mois les deux tiers de notre pauvre capital.

   Je m'y suis penché à nouveau sur cet organigramme mais comment, comment n'ai-je pas perçu ces signaux alarmants qui me crèvent maintenant les yeux ? double nationalité : français et israélien et comme si ce n’était pas suffisant, en bonus, résident Suisse; siège de l'entreprise chez le Jean-Claude au Luxembourg et puis, et puis, une abyssale dette de 49.6 milliards d'euros . Non !!! Mais oui, ma chère, puisque je vous le dis !
   Achats et rachats tout à crédit, millions de clients fuyant en masse Sfr/Numéricable, gestion à la hache du personnel (j'avoue que ça ne m'aurait pas dérangé si l'action avait monté), montages financiers pour séparer Altice USA qui est bénéficiaire (grâce principalement à des cadeaux fiscaux qu'a fait le Donald aux grandes entreprises), et Altice Europe qui bat sérieusement de l'aile, tout ça sent bon le traquenard.

Ce qui m'habite et qui m’obsède  Aragon

Cabinet Coco-Natix-Baclay Investment

Nos conseils : Vendez au plus vite avant que vos actions ne soient plus bonnes qu'à vous torcher (attention, le papier des actions virtuelles étant extrêmement fin, pensez à vous laver les mains à grande eau et brossez vous soigneusement les ongles après usage.)

Nos prévisions : la faillite n'est pas loin, les actionnaires, petits et gros, l'auront profond dans le chose et se consoleront en astiquant ce qui reste de leur peau de chagrin, les employés ne verront ni le beurre ni l'argent du beurre. Le Patrick, lui, ne va pas finir comme dans le roman de Balzac mais il va s'en retourner plein d'usage et  déraison à Tel-Aviv, vivre entre ses parents le reste de son âge, tout en profitant de sa fortune personnelle intacte, 7,5 milliards d'euros, qu'il a mise bien à l'abri sûrement à Panama, à Guernesey ou aux îles Caïmans, les bien nommées.

Rappelons ce bel adage boursier :
On ne rattrape pas un couteau qui tombe
(surtout si il est sans manche et qu'il lui manque la lame, comme l'aurait dit Lichtenberg)

et terminons par une devinette pour détendre l'atmosphère :
Quelle est la plus haute de ces trois pyramides ?


Avertissement
Cette histoire est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre.
Boris Vian dans L'Écume des jours

28 février 2018

Frisquet, frisquette

Frisquet, ette [fri-skè, skè-t'] adj.
Se dit populairement d'un petit froid vif et piquant. Il fait frisquet. L'air, le temps est frisquet.
Étymologie :
Diminutif de frisque, qui dérive de l'allemand frisch, frais. (d'autres y voient un dérivé du flamand)
Littré

Kiichi Asano-Himi-February from Snow Country series-1956
Frisquet

Kiichi Asano-Himi-February from Snow Country-1956
Frisquette

Kiichi Asano-Liyama-1957
Bon, bon, je rentre...


Mais tombe la neige
Impassible manège