08 juillet 2009

La pince-monseigneur

Un beau nom d'outil

(1) PINCE-MONSEIGNEUR n. f. (pl. Pinces-monseigneur.) XVIe siècle. Composé de pince, forme conjuguée de pincer, et de monseigneur, parce que l’on disait ironiquement que toutes les portes s’ouvraient devant les personnes de haut rang.
Levier court à tête aplatie dont les cambrioleurs se servent pour forcer les portes, les serrures (on a dit par abréviation un monseigneur).
Dictionnaire de l'Académie


[Plus prosaïquement, a certainement reçu ce nom de baptême par les truands de l'époque pour sa ressemblance avec la crosse de (Monseigneur) l'Evêque.]

Et voilà comment on écrit l'Histoire