09 mai 2009

Pins perdus


A droite, deux pins* perdus chez Ivry Bétons

[*Je dis pins perdus mais c'était peut-être des sapinettes ou des mélèzes blaise. J'ai eu du mal à les approcher, enfermés qu'ils étaient comme à Guantanamera. Je voyais bien à leur attitude qu'ils me demandaient de les ramener dans le sud-ouest. Ils tendaient misérablement leurs petites aiguilles vers moi et j'entendais des cris mais leurs mots étaient couverts par les bruits du périphérique. Je ne suis pas assistante sociale; après tout, vaut mieux eux que moi; qu'ils se démerdent. Je suis reparti dans les Landes comme si de rien n'était.]

Mai, mai, mai, Paris mai, mai, mai, mai, Paris
Mai, Paris (et banlieue)

Paris mai
Claude Nougaro